Nouvelles recettes

Le nouveau produit de Kirin ne contient qu'un pour cent d'alcool

Le nouveau produit de Kirin ne contient qu'un pour cent d'alcool

La nouvelle boisson pour adultes de Kirin ne peut pas saouler une personne

La nouvelle gamme Butterfly de Kirin ne contient qu'un pour cent d'alcool.

La nouvelle boisson pour adultes de Kirin a un goût pétillant et fruité et peut théoriquement saouler les gens, mais ces personnes devraient en boire des barils, car elle ne contient qu'un pour cent d'alcool.

Selon Rocket News 24, Kirin a décidé de produire sa nouvelle ligne "Butterfly" parce que les jeunes au Japon ne buvaient pas autant que les générations plus âgées. Une enquête a indiqué que les jeunes n'aiment pas boire, mais qu'ils s'abstiennent souvent par souci de santé, de gueule de bois et d'incapacité de garder l'esprit clair lorsqu'ils s'engagent dans le travail, les loisirs, la socialisation, etc. Pour tenter d'attirer ces buveurs légers, Kirin a décidé que ce serait une bonne idée de commencer à vendre une gamme de boissons alcoolisées qui ont si peu d'alcool qu'une personne ne peut pas vraiment s'enivrer.

À un pour cent d'alcool par volume, Butterfly a encore assez d'alcool pour enivrer une personne, mais une personne devrait en boire beaucoup très rapidement pour en ressentir les effets.

Les boissons Butterfly seront commercialisées dans les dépanneurs et les épiceries du Japon le 10 mars. Elles sont disponibles dans des saveurs telles que Take It Easy !, Apple; Allons-y! Gingembre; et le thé Happy-Go-Lucky.


La vérité indicible de Coke Zero

Après avoir frappé la scène en 2005, Coke Zero est devenu l'une des marques les plus reconnaissables de Coca-Cola. Aujourd'hui, cette boisson gazeuse mince - qui est maintenant connue sous la marque "Coca-Cola Zero Sugar" - se trouve confortablement sur ce parthénon au cola avec ses frères et sœurs pas trop divergents: Diet Coke et Coca-Cola lui-même.

Mais il y a beaucoup plus dans l'histoire de Coke Zero que vous ne le pensez. Les choses sont peut-être compliquées maintenant, mais au fil des ans, Coke Zero (ou Coca-Cola Zero Sugar, ou Coca-Cola No Sugar, ou comme vous voulez l'appeler) a fait l'objet de controverses marketing, de problèmes de santé et de problèmes fiscaux. qui ont menacé de démanteler la réputation apparemment irréprochable de la boisson. Et puis il y a les questions : est-ce mauvais pour vous ? En quoi est-ce différent du Coke Diète ? Et à quel point c'est différent vraiment goûter au Coca-Cola original ? Pour tout cela – et plus encore – voici la vérité indicible de Coke Zero.


Le tweet inapproprié de SpaghettiOs qui s'est totalement retourné contre lui

Si vous demandez à la plupart des gens, les tragédies nationales ne sont pas vraiment quelque chose que les entreprises devraient utiliser comme opportunités de marketing. Cependant, à l'occasion du 72e anniversaire de l'attaque surprise du Japon sur Pearl Harbor, celle qui a tué plus de 2 400 personnes et lancé les États-Unis dans la Seconde Guerre mondiale, Campbell's a décidé que ce serait une bonne idée de faire défiler sa mascotte de dessin animé nommée TheO (get it ?) sur la page Twitter officielle de SpaghettiO pour encourager leurs abonnés amateurs de pâtes en conserve à partager la journée avec eux. "Prenez un moment pour vous souvenir de #PearlHarbor avec nous", lit-on dans la légende, alors que TheO hissait joyeusement un drapeau américain dans les airs comme un astronaute sur le point de le poignarder dans la lune.

Malheureusement pour Campbell's, cette tentative d'auto-promotion pas si peu déguisée a atterri avec un bruit sourd. "Invoque vraiment la guerre et la mort de ce moment", a tweeté une personne. "Cher @SpaghettiOs:", a tweeté le comédien Patten Oswald, "Vraiment peur de revenir en arrière et de voir ce que vous avez tweeté à l'occasion du 50e anniversaire de l'assassinat de JFK." Réalisant leur erreur, Campbells l'a supprimé 13 heures plus tard. "Nous nous excusons pour notre récent tweet en souvenir de Pearl Harbor Day", ont-ils expliqué. "Nous voulions rendre hommage, ne pas offenser." Euh oh, un peu trop tard.


Méthanol et éthanol

Pas exactement lié à l'homebrew, mais j'ai pensé que quelqu'un ici pourrait savoir quelque chose à ce sujet. Je me demandais d'où vient le méthanol et pourquoi les distillateurs seraient inquiets alors que nous ne le sommes pas. Dans la distillation, les "têtes et queues" sont jetées pour éviter le méthanol, qui est créé par le processus de fermentation (?). Disons que si deux personnes buvaient la même quantité d'alcool, l'une buvant de l'alcool d'éthanol propre distillé et l'autre buvant une quantité beaucoup plus grande d'homebrew, le buveur d'homebrew ne boirait-il pas tout ce méthanol que le distillateur était si inquiet d'obtenir hors de leur produit?

Juste curieux, et avant que quelqu'un ne s'énerve à ce sujet, je ne parle d'aucun processus de distillation, juste une pensée qui m'est venue à l'esprit à des fins éducatives uniquement.

Kunstler

Membre bien connu

Je pense que c'est de la concentration.

Alors faisons simple, disons que vous avez un homebrew et qu'il y a 10 parties de méthanol. Si c'était un distillateur, il n'y aurait toujours que 10 parties, mais ce n'est plus dans ce grand volume mais plutôt condensé dans environ 1/10ème (ou quel que soit le taux de condensation) de liquide.

Crlova2

Membre bien connu

JebCkr

Membre bien connu

Le méthanol n'est dangereux que s'il est consommé seul. Il se liera à l'éthanol et sera pissé lorsque vous buvez n'importe quel type d'homebrew. Il faut environ 4 onces de méthanol pour tuer un homme adulte et aussi peu que 1 once pour provoquer une cécité permanente. Mais, comme je l'ai dit, vous pouvez boire du homebrew avec de petites quantités car l'éthanol est de loin supérieur.

Le danger vient de la distillation. Non pas que j'essaie d'expliquer le processus, mais fondamentalement, le méthanol bout à une température inférieure à celle de l'éthanol. Si vous aviez une grande quantité de purée (disons que vous en aviez assez pour produire 5 gallons de produit fini), alors le premier litre environ pourrait être du méthanol presque pur si vous ne contrôlez pas correctement votre température. Voici donc la létalité du méthanol. Je suis sûr que vous pouvez imaginer les dangers d'une bouteille de méthanol car elle a un goût assez similaire à l'éthanol. Je suppose qu'il a acquis sa réputation auprès des homebrews à l'époque de la prohibition.

Si vous voulez le faire, il provient d'un type de bois fermenté. D'où son surnom, l'alcool de bois. Là encore, vous pouvez simplement acheter de l'antigel.

Roger McAllen

Membre bien connu

BigEd

Membre bien connu

Pas exactement lié à l'homebrew, mais j'ai pensé que quelqu'un ici pourrait savoir quelque chose à ce sujet. Je me demandais d'où vient le méthanol et pourquoi les distillateurs seraient inquiets alors que nous ne le sommes pas. Dans la distillation, les "têtes et queues" sont jetées pour éviter le méthanol, qui est créé par le processus de fermentation (?). Disons que si deux personnes buvaient la même quantité d'alcool, l'une buvant de l'alcool d'éthanol propre distillé et l'autre buvant une quantité beaucoup plus grande d'homebrew, le buveur d'homebrew ne boirait-il pas tout ce méthanol que le distillateur était si inquiet d'obtenir hors de leur produit ?

Juste curieux, et avant que quelqu'un ne s'énerve à ce sujet, je ne parle d'aucun processus de distillation, juste une pensée qui m'est venue à l'esprit à des fins éducatives uniquement.

Alcoolique

Membre bien connu

Cklages

Membre bien connu

Le méthanol n'est dangereux que s'il est consommé seul. Il se liera à l'éthanol et sera pissé lorsque vous buvez n'importe quel type d'homebrew. Il faut environ 4 onces de méthanol pour tuer un homme adulte et aussi peu que 1 once pour provoquer une cécité permanente. Mais, comme je l'ai dit, vous pouvez boire du homebrew avec de petites quantités car l'éthanol est de loin supérieur.

Le danger vient de la distillation. Non pas que j'essaie d'expliquer le processus, mais fondamentalement, le méthanol bout à une température inférieure à celle de l'éthanol. Si vous aviez une grande quantité de purée (disons que vous en aviez assez pour produire 5 gallons de produit fini), alors le premier litre environ pourrait être du méthanol presque pur si vous ne contrôlez pas correctement votre température. Voici donc la létalité du méthanol. Je suis sûr que vous pouvez imaginer les dangers d'une bouteille de méthanol car elle a un goût assez similaire à l'éthanol. Je suppose qu'il a acquis sa réputation auprès des homebrews à l'époque de la prohibition.

Proche. Le méthanol en soi n'est pas particulièrement toxique, ce sont les métabolites (ou les produits chimiques qui sont créés lorsque votre corps le décompose (y compris le formiate et le formaldéhyde), qui le sont. Lorsque vous consommez de l'éthanol en même temps, l'éthanol entre en compétition avec le méthanol pour l'enzyme qui entraîne ce métabolisme et ralentit la production relative de ces sous-produits, laissant à la place les sous-produits du métabolisme de l'éthanol (dont l'acétaldéhyde qui est moins dangereux mais est toujours considéré comme cancérigène).

Une note intéressante, une grande partie des montagnards qui sont devenus aveugles pendant la prohibition étaient le résultat d'essayer de distiller l'éthanol à partir d'alcool dénaturé (éthanol auquel du méthanol a été intentionnellement ajouté pour le rendre imbuvable). Ce n'était généralement pas le résultat du méthanol d'origine naturelle de la purée. Intéressant que le gouvernement américain ait fini par tuer 10 000 de ses propres citoyens en ajoutant du méthanol à tous les alcools industriels pendant la prohibition afin de prouver un point.


Comment nettoyer et entretenir les planchers de bois franc et stratifiés

Prendre soin des planchers de bois franc ou stratifiés peut être difficile compte tenu des conditions quotidiennes d'une famille et d'animaux de compagnie.

En règle générale, il existe deux types de revêtements de sol en bois résidentiels : le bois véritable (solide ou d'ingénierie) et le stratifié fabriqué par l'homme pour ressembler au bois.

Vous ne savez pas ce que vous avez exactement ? Pas de soucis. Lorsqu'il s'agit de nettoyer les planchers de bois (solides, d'ingénierie ou stratifiés), la seule chose que vous devez déterminer est de savoir si vos planchers ont ou non une finition. Vous n'avez pas vraiment besoin de connaître le type de finition, juste si les planchers ont été traités pour les rendre résistants à l'eau stagnante, qui est l'ennemi de tous les planchers de bois et similaires au bois.

Pour savoir si votre revêtement de sol est fini, déposez une seule goutte d'eau sur le sol. S'il perle et reste là, le revêtement de sol est terminé. Si la goutte s'imprègne et disparaît en laissant une tache sombre, le bois n'est pas fini.

Ce qui suit s'applique uniquement aux revêtements de sol en bois massif ou d'ingénierie et en stratifié. Le bois franc non fini NE PEUT PAS être nettoyé, car les planchers seront endommagés.

Si votre sol n'est pas fini, ou s'il s'agit d'un vieux parquet et qu'une partie de la finition a commencé à s'user, n'utilisez pas d'humidité ou de produit. Nettoyez-le simplement avec une vadrouille à tête plate.

En ce qui concerne les nettoyants pour bois et stratifiés, vous pouvez dépenser une fortune en produits commerciaux comme Bona Black Diamond. Ou vous pouvez créer le vôtre pour quelques centimes.

La clé pour créer le vôtre est similaire à l'engagement d'un médecin : d'abord, ne faites pas de mal. L'astuce consiste à fabriquer un produit qui nettoiera bien sans endommager la finition, même lorsqu'il est utilisé à plusieurs reprises pendant de nombreuses années.

Le vinaigre blanc est un produit de nettoyage fabuleux car il coupe bien la saleté. Mais il est très acide et, utilisé à plusieurs reprises au fil du temps, peut attaquer la finition, rendant vos sols ternes. Le vinaigre peut également adoucir la finition, la rendant gommeuse ou collante. Alors, convenons simplement que lorsqu'il s'agit de nettoyer les sols en bois ou en stratifié, pas de vinaigre.

L'alcool est également un produit de nettoyage fantastique - l'alcool à friction (70 % est le plus courant, mais 91 % fonctionne très bien aussi), l'alcool dénaturé, même le gin ou la vodka nature. Il a un pH presque neutre, ni acide ni alcalin. Cela fait de l'alcool l'ingrédient parfait dans votre nettoyant maison non seulement pour nettoyer, mais aussi pour protéger et préserver les sols en bois et stratifiés magnifiquement finis.

Utilisez de l'eau distillée dans votre nettoyant pour sols (disponible dans n'importe quel supermarché) pour éliminer les traînées, les filigranes durs et l'accumulation de minéraux.

Une très petite quantité de Blue Dawn - pas tellement qu'elle nécessite un rinçage - brisera la tension superficielle de l'eau, rendant le nettoyant beaucoup plus efficace.

NETTOYANT POUR PLANCHERS DE BOIS ET STRATIFIÉS FAIT MAISON

C'est 1 partie d'alcool pour 4 parties d'eau distillée plus quelques gouttes de liquide vaisselle Blue Dawn. Le voici à nouveau :

Exemple : 1/4 tasse d'alcool, 1 tasse d'eau distillée, 2 gouttes de Blue Dawn.

Mélangez-le dans un flacon pulvérisateur à chaque fois que vous nettoyez les sols. Si vous le préparez à l'avance, assurez-vous de bien l'étiqueter et de le garder hors de la portée des enfants.

Balayez ou passez l'aspirateur sur le sol. Vaporisez le nettoyant dans une petite zone. Frottez bien avec un chiffon ou une éponge. Et essuyez immédiatement la zone avec un chiffon en microfibre.

Le secret est de vaporiser, frotter et essuyer immédiatement . Si vous ne voulez pas faire cela sur vos mains et vos genoux, je vous recommande d'utiliser une vadrouille en microfibre, qui fonctionne bien sur les sols en bois et en stratifié.

En prenant bien soin de vos sols en bois et en stratifié, non seulement votre maison gardera une belle apparence, mais vous protégerez également la valeur de votre maison, ce qui est probablement l'un des plus gros investissements que vous ferez jamais.


Formulations : Chaleur, Force et Loi

Parce que les sprays au poivre pour humains ne sont pas réglementés par le gouvernement, les fabricants peuvent faire des déclarations exagérées et non contrôlées impliquant que leurs sprays sont plus efficaces qu'ils ne le sont. Continuez votre lecture pour découvrir la vérité sur le spray au poivre rouge SABRE, les unités Scoville et le pourcentage de CO, afin que vous puissiez faire un choix mieux informé et acheter un produit de spray au poivre plus efficace. Si vous recherchez un spray au poivre de police de qualité industrielle et haute performance, les unités Scoville peuvent être trompeuses. L'élément clé des ingrédients du spray au poivre SABRE est l'oléorésine de capsicum (OC), et il est essentiel que la puissance soit testée avec précision. Découvrez comment vous assurer que votre spray au poivre ne vous décevra pas lorsque vous en aurez besoin !

La vérité est que SABRE est le seul fabricant de spray au poivre qui contrôle et garanties force de la formule ! Notre garantie exclusive HPLC (Chromatographie Liquide Haute Performance) signifie nos sprays au poivre ne manquent jamais en raison de niveaux de chaleur irréguliers. Aucune autre marque ne peut faire la même affirmation.

Alors, ne vous laissez pas berner par des chiffres trompeurs. Sachez que les affirmations suivantes pourraient être trompeuses :

Pourcentage de CO

Certaines marques espèrent que vous pensez qu'un pourcentage d'oléorésine de capsicum (OC) plus élevé signifie un spray plus efficace. Mais ce nombre ne mesure que la quantité de poivre dans le spray, pas la force ou l'efficacité de la chaleur.

Unités de chauffage Scoville (SHU)

Certaines marques annoncent le SHU du poivre brut, et non celui de la formulation de spray au poivre. Le SHU des poivrons crus est fortement dilué dans la formule du spray au poivre, et donc pas un indicateur précis de la force.

Les principaux capsaïcinoïdes sont la véritable mesure de la chaleur et ne peuvent être garantis que par des tests de chromatographie liquide haute performance (HPLC) - et, encore une fois, nous sommes la seule marque à le faire. Les seuls sprays au poivre qui sont réglementés par le gouvernement (par l'EPA et Santé Canada) sont les sprays au poivre pour animaux. Les sprays pour chiens vont de 0,25% à 1,0% de capsaïcinoïdes majeurs et les sprays pour ours vont de 1,0% à 2,0% de capsaïcinoïdes majeurs. AVERTISSEMENT : n'achetez pas de spray au poivre sans vérifier sa teneur en capsaïcinoïdes majeurs.

En parcourant notre vaste sélection de solutions d'auto-défense garanties par HPLC, vous verrez trois types de produits différents : le spray au poivre rouge SABRE, le gel au poivre rouge SABRE et le spray au poivre SABRE 3-EN-1. Veuillez noter que les lois de chaque État interdisent l'expédition de certains produits.

1,33% de capsaïcinoïdes majeurs ! Le spray au poivre à ingrédient unique le plus puissant disponible contient un colorant de marquage UV.

Ne peut pas être expédié à : AK, CC, SALUT, MA et New York.

Élimine essentiellement le retour de vent. Sans danger pour une utilisation en intérieur et en extérieur sans effet sur les passants.

Composé de spray au poivre, de gaz lacrymogène militaire CS et de colorant de marquage UV. Puissance d'arrêt maximale inégalée par n'importe quel spray de défense à ingrédient unique !

Ne peut pas être expédié à : AK, Floride, SALUT, MA, MI, New Jersey, New York, SC et WI.


Vin de marsala sec ou doux

Dans le monde du marsala, il existe deux styles, doux et sec. Chacun a une spécificité liée à un style de cuisine spécifique, alors assurez-vous de bien sélectionner lors de la recherche d'un substitut.

Sweet Marsala, avec sa concentration en sucre plus élevée, est le meilleur dans les déserts riches. Shortcake, sabayon ou tiramisu sont tous des gâteaux somptueux qui peuvent être améliorés avec une touche de douceur. De plus, les sauces sucrées sont les bienvenues dans une vinaigrette au marsala. Il peut également être utilisé pour créer une longe de porc ou un plat de poulet. Je sais qu'une option de dîner classique dans ma famille est un poulet marsala, et le style veau marsala est tout aussi délicieux. Et si vous le souhaitez, il peut également être utilisé comme une boisson fantastique après le dîner.

Un style marsala sec est souvent attribué aux plats salés ou apprécié à l'apéritif. Un marsala sec ajoutera une caramélisation et une saveur de noisette profonde aux viandes et aux champignons, y compris le filet de bœuf, la dinde ou le veau. Il est généralement cuit dans une consistance proche du sirop avec des échalotes ou des oignons, puis en ajoutant des herbes et les champignons susmentionnés.

Le plat classique de poulet marsala utilise du poulet qui a été braisé dans un mélange fantastique d'huile d'olive et de beurre savoureux, ainsi que des champignons et des épices italiennes. Cependant, vous pouvez également utiliser du marsala sec dans certaines recettes de risotto, et il se marie très bien avec n'importe quel plat de champignons. L'extérieur poreux du champignon est un super ventouse pour cette saveur Marsala, offrant vraiment une texture robuste.

Entre les deux et savoir quand utiliser l'un à la place de l'autre, sachez que le marsala sec peut être utilisé comme alternative au sucré, mais pas l'inverse. C'est pourquoi, si pour un espace garde-manger limité, vous n'avez de la place que pour un seul style, nous vous recommandons un marsala sec. Il a une gamme plus large et la variété en fait un choix plus spécial.


La maturation de la marque de fabricant

Distillerie Maker’s Mark

Le changement n'est pas quelque chose qui vient naturellement à Maker's Mark. Pendant la majeure partie de l'histoire de la marque, elle n'a vendu qu'un seul produit, fabriqué dans une petite distillerie historique, nichée dans les collines reculées de Loretto, dans le Kentucky. La distillerie Maker's Mark est l'une des rares distilleries américaines hébergées dans un monument historique enregistré, un statut qui a contribué à restreindre la capacité de la marque à changer et à développer ses opérations au fil des ans.

Greg Davis exhibant le processus du fabricant 46

Avec l'essor du whisky américain, même Maker's Mark n'a pas pu éviter le vent du changement, et en 2010, il a lancé Maker's 46, sa première extension de gamme de produits dans l'histoire de l'entreprise. Maker’s 46 est fabriqué à partir de bourbon Maker’s Mark et fini pendant 8 à 12 mois dans des fûts contenant des douelles de chêne français poêlées. Le processus a marié la méthode très traditionnelle de fabrication de Maker’s Mark à une approche résolument nouvelle, visant à faire ressortir et à souligner certaines des notes de saveur classiques du whisky pour offrir une nouvelle expérience.

Maker’s 46 a été un succès, mais il deviendra le chant du cygne de la carrière de Bill Samuel Jr., qui a pris sa retraite début 2011 de l'entreprise, laissant les rênes à son fils Rob Samuels. À peu près à la même époque, Kevin Smith, le distillateur en chef de longue date de Maker&8217s Mark, a été transféré à la tête des opérations de la distillerie Jim Beam, ce qui a entraîné l'embauche d'un nouveau Maker&8217s Mark Master Distiller, Greg Davis.

Maker’s Mark Salle de dégustation

Avec Rob Samuels à la barre, Maker’s Mark s'est concentré sur l'expansion de son expérience client. Rob a aidé à construire une nouvelle salle de dégustation et a recouvert les murs de la distillerie d'œuvres d'art inspirées de Maker. La nouvelle couche de peinture chez Maker’s Mark n'aurait guère le temps de sécher avant que Rob Samuels ne soit confronté à son premier défi majeur.

En 2013, l'explosion du marché du whisky a créé une demande pour Maker’s Mark qui a largement dépassé leur offre. Ainsi, le 9 février 2013, Rob Samuels a envoyé un e-mail aux adeptes les plus fidèles de Maker’s Mark’s Mark’s, les ambassadeurs de Maker’s Mark, les informant des plans de la société pour réduire le whisky de quelques points de pourcentage en ABV. pour répondre à la demande tout en maintenant l'intégrité du whisky.

La réponse à ce changement proposé n'a été rien de moins qu'un scandale. Maker's Mark "Watergate" est devenu une histoire nationale, les médias de masse couvrant le tollé des consommateurs face au changement de leur whisky bien-aimé. La société a rapidement réagi, revenant sur sa décision de changer son produit légendaire. "En fin de compte, Maker's Mark n'est pas notre whisky, c'est votre whisky, nous sommes ici à cause de vous, et donc quand vous (le consommateur) avez parlé, nous avons écouté", a expliqué le Maker's Mark Master Distiller Greg Davis.

On pourrait penser qu'après avoir navigué dans des eaux aussi agitées, Maker's Mark aurait été réticent à toute forme de changement. Au lieu de cela, le scandale Maker's “Watergate” a en fait contribué à renforcer Maker's Mark et à codifier la nouvelle équipe du chef de l'exploitation Rob Samuels, du maître distillateur Greg Davis et de la spécialiste de la maturation de la distillerie Jane Conner.

Maker’s Mark Master Distiller Greg Davis

Ensemble, cette équipe a contribué à lancer une expansion de la distillerie pour aider à augmenter la capacité de l'entreprise de 50 % au cours des 6 prochaines années, passant de ses 2 millions de caisses par an à 3 millions. Compte tenu du défi de travailler dans un monument historique et de préserver exactement le processus Maker's Mark, Maker's a cloné la distillerie, ajoutant 21 fermenteurs supplémentaires et une copie conforme des alambics Maker's Mark. "Mon travail consiste à préserver et à protéger l'intégrité du liquide", explique Greg Davis, "et donc lorsque nous nous sommes développés, tout était concentré sur l'assurance qu'il n'y avait absolument aucun changement dans notre whisky."

Une expansion significative pour répondre à la demande croissante

«Nous avons passé un an à tester les nouveaux fermenteurs, qui étaient couverts plutôt qu'ouverts pour gérer le dioxyde de carbone d'une manière plus respectueuse de l'environnement», explique Greg Davis. "La plupart des distilleries testent leur esprit à des parties par milliard, nous testons en fait jusqu'à des parties par billion pour identifier même le changement le plus indétectable, et nous le faisons quotidiennement afin de garantir la cohérence, qui est au cœur de ce qu'est Maker's Mark."

Avec un plan solide en place pour aider à répondre à la demande, Maker's s'est à nouveau engagé avec un autre nouveau produit : Maker's Mark Cask Strength. "Nous n'avions pas prévu de sortir une version brut de fût de Maker's Mark", explique Greg Davis. « La conversation est venue de barmans qui ont visité la distillerie et ont échantillonné Maker’s Mark à la force du fût. Ils ont dit "Ce truc est génial, vous devez tous le faire ressortir." La communauté des barmans a vraiment conduit cela à terme. " Encore une fois, les clients de Maker's Mark avaient pris la parole et la marque a répondu.

Maker’s 46 Cask Strength Whisky

Maker’s Mark Cask Strength a été acclamé par la critique, y compris un score astronomiquement élevé de notre part chez Drink Spirits. C'était vraiment le style Maker's Mark de l'innovation, en se concentrant sur le noyau pour offrir aux gens une expérience qu'ils n'avaient jamais vécue auparavant. Sur la base du succès de Cask Strength Maker's Mark, la société a décidé de créer une version destinée uniquement à la distillerie pour Maker's 46 Cask Strength. "Les gens ne se produisent pas sur Maker's Mark, ils prévoient d'aller ici, car nous sommes à une bonne trentaine de kilomètres de Bardstown. Nous voulions quelque chose de spécial à la distillerie pour eux comme notre façon de les remercier d'avoir fait le voyage », remarque Rob Samuels, directeur de Maker's Mark.

Superbe installation de Chihuly chez Maker’s Mark

En plus de faire face à une forte demande pour leurs produits, Maker's a trouvé un nombre toujours croissant de visiteurs dans sa distillerie. « Nous avons été l'une des premières distilleries de bourbon à ouvrir ses portes aux visiteurs », remarque Rob Samuels. À cette fin, Maker's Mark a travaillé avec l'État du Kentucky pour construire une nouvelle route majeure menant à la distillerie, ce qui permet aux visiteurs de se rendre plus facilement et de se garer. Ils ont également rénové l'un des bâtiments de la propriété de la distillerie, le transformant en un centre d'accueil vitrine. "Nous travaillons sur des expériences plus excitantes pour nos invités de distillerie, y compris des expériences culinaires incroyables liées à notre whisky", a déclaré Rob Samuels.

Avec les deux versions de force du fût de leurs deux produits, on pourrait penser que ce serait la fin de l'histoire, mais ce n'est pas le cas. Enhardi par la réponse aux besoins des clients, Maker's a tourné son attention vers les programmes d'achat de barils de plus en plus populaires qui sont devenus courants dans de nombreuses distilleries de whisky américaines.

« Tout ce qui concerne Maker’s, c’est la cohérence. Donc, quand nous avons fait de la force de fût, nous avons examiné des barils simples et, honnêtement envers Dieu, et nous nous sommes tenus dans notre laboratoire de qualité et avons dit que ce serait le programme de baril unique le plus ennuyeux de l'histoire du monde, parce qu'ils avaient tous un goût à peu près la même chose », explique Jane Conner, spécialiste de la maturation de la distillerie Maker's Mark.

«Alors Bill (Samuels Jr.), a commencé à parler de son temps à créer 46 et de la façon dont c'était le meilleur moment qu'il a eu au cours de ses quatre décennies de carrière, car fondamentalement, ce qu'il a fait avec 46 est de créer sa version parfaite de Maker's Mark. C'était toujours Maker's Mark, mais il a mis en évidence certaines nuances et accéléré certaines saveurs qui ont vraiment résonné avec lui, et c'est là que l'idée est née "ne serait-ce pas amusant pour quelqu'un de créer sa version parfaite de Maker's Mark ?"

Maker’s Mark programme de baril personnalisé

De là est né le nouveau programme Maker's Mark Private Select Barrel, qui prend le whisky Maker's Mark brut de fût, puis le termine à l'aide du processus Maker's 46 : le Maker's Mark fini est transféré dans un autre fût de chêne avec 10 douelles de chêne français suspendues dedans, puis vieilli pendant 8 à 12 mois supplémentaires. Ces barils ne peuvent être vieillis que lorsque les températures dans la distillerie sont de 60 degrés ou moins, généralement uniquement d'octobre à février. « Cette plage de température est importante, car nous voulons une extraction plus lente avec les douelles de chêne français, en obtenant tous les bons éléments tout en équilibrant le whisky avec le bois », explique Greg Davis.

Les participants à l'expérience Maker’s Mark Private Select peuvent choisir parmi cinq portées différentes, qui peuvent être mélangées et assorties jusqu'aux 10 portées utilisées dans le tonneau.

La première option de douelle est une douelle de chêne américain, assaisonnée pendant 12 mois puis cuite dans un four à convection à basse température pendant très longtemps. Ce style de cuisson décompose la lignente du chêne, donnant des saveurs intenses de vanille, de caramel, de cassonade et de boisé. "C'est une sorte d'herbe à chat pour toutes les personnes qui aiment les friandises American Oak", déclare Jane Conner. « Le résultat de cette douelle est tout au sujet du chêne américain et de ce que vous en retirez. Ce n'est pas aussi complexe que le Maker traditionnel, car il exagère toute la vanille, ajoute une touche plus épicée à la cannelle, mais plus douce, et beaucoup d'épices à pâtisserie ».

La deuxième option de douelle, appelée douelle Cuvée, est une douelle rainurée en chêne français, saisie à l'aide de la même technologie infrarouge et au four utilisé pour 46 à très haute température pendant très peu de temps. Les rainures dans la douelle donnent non seulement plus de surface avec laquelle le whisky peut interagir, mais les pics sur les rainures cuisent plus que les vallées, ce qui donne un mélange de saveurs plus large. La douelle Cuvée donne plus de massepain, d'amande douce, de caramel, de pépite et de chêne foncé. Il est visqueux et velouté, et a une présence de chêne sans perdre l'équilibre.

La troisième option de portée est la portée 46 classique de Maker. « C'est trop beau pour ne pas le laisser en option. C'est fait par un processus très exclusif, mais je pense que la douelle 46 est plus cuite que la douelle cuvée parce que vous obtenez une légère fumée et une intensité d'épices à pâtisserie », remarque Jane.

Le Mocha Stave est le quatrième choix du programme Maker's Mark Private Select Barrel. Cette douelle est fabriquée à partir de chêne français cuit par convection à une température très élevée, plus longue que les 46 douelles Cuvee and Maker, mais pas aussi longtemps que la douelle American Oak. « La saveur vit à certaines températures dans le chêne, et lorsque vous commencez à atteindre ces températures élevées, vous entrez dans des saveurs torréfiées vraiment sombres. Si vous mangez du chocolat noir, vous obtenez cette saveur vraiment sèche et terreuse. Celui-ci parvient à être sec sans être terreux. Plus sec, riche et enfumé.

La dernière option est appelée Spice Stave, fabriquée à partir de chêne français cuit dans un four à convection commençant à une température élevée, puis ramené à une température plus basse. La douelle d'épices produit un whisky très intense en épices à pâtisserie. Il est plus astringent, plus ample en bouche, avec une finale fraîche et étonnante.

"Ils sont tous vraiment différents, tous des profils de saveurs exagérés, qui existent déjà dans Maker's Mark. Littéralement, l'idée est de goûter pur, puis de jouer au Dr Frankenstein du bourbon et de trouver ce qu'il faut marier pour créer un profil de saveur », explique Jane.

Avec cinq options de douelles différentes et dix emplacements de douelles par baril, il existe plus d'un millier de combinaisons différentes possibles. "Ce qui est intéressant, c'est que nous le considérons toujours comme un seul produit, juste des expressions différentes de la même chose. C'est ce que j'aime dans ce que nous faisons. Nous faisons toujours une chose, nous vous offrons juste différents visages de cette seule chose.

Le programme Maker's Mark Private Select Barrel sera extrêmement limité au cours de sa première année, axé sur les magasins sur site et les détaillants de la région du Kentucky et de l'Illinois. Étant donné que la saison de vieillissement est actuellement limitée d'octobre à février, le programme sera également saisonnier. Maker's Mark étudie les espaces vieillissants climatisés pour répondre à la forte demande possible pour le programme.

Marque du fabricant

En seulement cinq ans, Maker's Mark a connu une énorme quantité de changements et de maturation, et pourtant a réussi à maintenir son objectif singulier : continuer à faire de Maker's Mark la façon dont leurs clients l'ont toujours voulu. Avec cela, Maker's a trouvé des moyens innovants de présenter l'expérience Maker's Mark sans perdre de vue qui ils sont vraiment.


Le nouveau produit de Kirin ne contient qu'un pour cent d'alcool - Recettes

La vanille est un ingrédient merveilleux qui est utilisé dans de nombreuses recettes. Il serait en fait difficile de trouver une recette sucrée qui ne contienne pas de vanille comme l'un des ingrédients. La vanille est la saveur la plus couramment utilisée dans les aliments populaires, notamment la crème glacée, le yogourt, le pudding, le glaçage, les shakes, etc. C'est une saveur prisée qui est subtile, mais qui se démarque.

La vanille est dérivée des plantes d'orchidées, principalement la gousse de l'orchidée. Les orchidées qui produisent des gousses de vanille sont cultivées, toute l'année, dans le monde entier. Plus particulièrement, cependant, Madagascar est connu pour avoir le plus d'orchidées productrices de vanille et semble donc dominer le marché des épices avec ses gousses de vanille.

La vanille est récoltée à partir de la plante d'orchidée et est produite sous trois formes différentes de vanille disponibles : la gousse entière, la poudre et l'extrait. La forme la plus populaire de vanille est l'extrait de vanille liquide. L'extrait de vanille est généralement proposé sous deux formes différentes, l'extrait de vanille pur et l'arôme d'extrait de vanille. L'extrait de vanille pur contient la plus grande quantité, par volume, d'extrait de vanille. L'arôme d'extrait de vanille est généralement une indication de l'extrait de vanille et la plupart du temps, il ne contient même pas de vanille.

Quand j'ai commencé à cuisiner, j'ignorais les différences entre les extraits de vanille. J'achèterais juste l'extrait de vanille le moins cher ou celui qui était en vente, je pensais honnêtement qu'ils étaient tous les mêmes. After I started to become more aware of the ingredients I was using in my recipes, I began looking at the contents of each vanilla extract.

As far as liquid extracts go, pure vanilla extract is by far the best one to choose. Pure vanilla extract generally includes a base of alcohol, water and the extract of vanilla beans. The next best liquid extract would be the standard vanilla extract. Standard vanilla extract typically includes the same ingredients as pure vanilla extract. However, standard vanilla extract usually contains less alcohol along with sugar and in some cases corn syrup.

The worst liquid vanilla extract would be the imitation vanilla flavoring. Imitation vanilla flavoring generally contains water, glucose syrup, propylene glycol, alcohol (small amount) and artificial flavors. Propylene glycol is a chemical solvent that is used to help preserve the liquid and keeps the ingredients liquid state. Unfortunately propylene glycol has been linked to cancer, developmental/reproductive issues, allergies, neurotoxicity, endocrine disruption, and organ system toxicity. Yummy stuff right?

When I bake, I traditionally (up until recently) use pure liquid vanilla extract. I found the flavor of the pure liquid vanilla extract to be the best and the ingredients to fit most in line with my dietary wants/needs. The only problem I had with pure vanilla extract was the amount of alcohol in the extract. Sure there are no alcohol extracts on the market, but these vanilla extracts contain glycerin and xanthan gum. Glycerin gives the vanilla extract a weird, almost slimy, quality and xanthan gum has been known to bother individuals with sensitive guts (myself included). Furthermore, alcohol free extracts never really have the same flavor punch that alcohol based extracts have.

In regards to the alcohol in flavoring extract, it is a common belief that the alcohol cooks off when you bake it. However, after I researched that topic, I quickly found that really only a small percentage of the alcohol burns off and that majority of the alcohol actually stays in the baked good. I also create a lot of dishes that include vanilla extract and are no bake recipes (like yogurt, ice cream, granola, etc), so the alcohol never even has a chance to possibly burn off.

My curiosity about finding a different form of vanilla extract led me to vanilla beans. Vanilla beans are available in most grocery stores in their whole format. There are two problems with whole vanilla beans. One is that whole vanilla beans are extremely expensive. Typically whole vanilla beans are priced anywhere from $8 up to $20 per bottle. Most bottles only contain 2 vanilla beans which doesn’t go very far in recipes. The second problem with whole vanilla beans is that they are soaked in alcohol. So purchasing and using the whole vanilla bean doesn’t get away from using vanilla that is alcohol free.

I was feeling somewhat let down about my ability to find a vanilla that was just pure vanilla. That was until recently when I was at a local food market that sells organic, locally derived/sourced foods and products. I was browsing their spice area and my eye caught a test tube shaped bottle filled with a dark powder. I was immediately intrigued and wanted to know what spice could be so dark and mysteriously packaged this way. I picked up the tube and read the label. The label stated the spice was “Pure Vanilla Powder”. I quickly rolled the tube over to see what was in the ingredient list. I read �% Pure Ground Vanilla Beans”. Quoi?! Really?! Could this be my new vanilla? Could this be what I was hoping and dreaming about? I immediately purchased the vanilla powder and hurried home to try it out in some of my favorite recipes.

Much to my delight, the powdered version of vanilla is an amazingly wonderful product. Just like the package stated, it is 100% pure ground vanilla, nothing else. The flavor is intense and perfectly vanilla. The only aftertaste is vanilla, no alcohol bitterness, or weird polymer mouth feel. The powder was the perfect accent to my zucchini pudding, tofu ice cream and even my afternoon coffee. I was so excited about my new find and knowing I would quickly breeze through the 1 ounce container, I promptly hopped online to see if I could purchase the vanilla powder in larger quantities.

Thankfully I found a couple vendors online that sell pure vanilla in the powder form. Watch out, though, some vendors sell what is listed as vanilla powder but they contain added ingredients. Some powdered vanillas contain sugar, dextrose, maltodextrin or sucrose. I was able to locate, online, the vendor that sells the powdered vanilla I purchased in the local food market. They are Mannix Family Vanilla and are located in Florida but ship domestically to the states. I was also able to locate another online vendor, Sun Food Super Foods, which sells 100% powdered vanilla. Sun Food Super Foods is a great online vendor that sells raw supplements, foods and other amazing goods. I have purchased through them several times and their products are great. Sun Foods Super Foods ships internationally so they are a good vendor for all my International followers.

Pure vanilla powder is much stronger than traditional liquid vanilla extract. Generally the powder substitute amount is half the amount of the pure liquid vanilla extract. For example, if the recipe calls for 1 teaspoon of liquid vanilla extract, use 1/2 teaspoon of the powdered vanilla. The powder cooks up the same in baked goods, so nothing else needs to change in the cooking part of the recipe.


Stick to a Wellness Program by Developing Your Grit

What is it that pushes us to achieve our wildest and most improbable goals? Grit, defined by Angela Duckworth and her colleagues, is the combination of perseverance and passion for important life goals. Leaders in art, medicine, law, journalism and other fields have it. More important than the diet, exercise plan or yoga class you choose, is staying with it. Developing your grit will help you stick to your wellness program, even in the face of setbacks.

Here are some suggestions for getting more gritty.

* Find your passion. Before picking a diet or exercise plan, read, study and experiment. Nutritionists, personal trainers and other experts are good sources of information. Like to work out with a buddy? Find one. Can’t live without pasta? There are diets out there that include it. You’ll have to try different approaches until you identify something you can enthusiastically embrace. Enjoying your plan will help you stick to it.

* Emulate successful models. Talk to people who maintain a healthy lifestyle. Their success can be inspiring. Try to learn not only what they do, but how they stick to it. Some swear by the first-thing-in-the-morning, get-a start-on-the-day workout. Others prefer the structure of a class. Use only those strategies that you can be positive about and that fit with your lifestyle and preferences.

* Dedicate yourself. Dedication to a goal involves a combination of unwavering commitment and persistence to the goal over time. If you decide you’re going to walk daily or three times a week, make it happen. If eating yoghurt and fruit for lunch every day and sleeping at least 8 hours a night works, keep doing it. If you’re a novelty freak, change it up, as long as you dedicate to the overarching goal.

* Learn from setbacks. There’s no need to dwell on possibilities for failure, but don’t be surprised by setbacks. Face problems squarely and use them productively to modify your approach. Injure yourself biking or find your meditation class cancelled? Rehab, rest or substitute other activities, but don’t give up the changes you’ve already made. Using your setbacks as opportunities for growth will keep you optimistic.

* Run the marathon, not the sprint. When you start to fatigue, get bored or encounter obstacles, it’s not time to quit. If your schedule changes and you can’t get to the gym lunchtime, decide when you can get there. Don’t overdo it, but do keep it interesting. Challenge yourself by gradually raising the bar. Remember you’re in it for the long haul.

Once you reach your goals, use the grit you’ve developed to maintain your gains. A gritty approach to maintaining your program will give you a lifetime of wellness.

Copyright, 2010 Judith Tutin, Ph.D.

Beauty


DIY Hand Sanitizers: What Could Go Wrong?

There is an alarming trend which seems to be an explosion of bad DIY hand sanitizer formulas circulating around the web that come with potential liability. No matter what the reasons are behind this, making your own is a bad idea as hand sanitizers are not a DIY product, and we need to go over how it can all go wrong.

Alcohol Based Sanitizers

One of the first issues is that people are trying to make their own formula based on the Centers for Disease Control (CDC) recommendation that hand sanitizers need to contain at least 60% alcohol. Kayla Fioravanti, cosmetic formulator and aromatherapist, wrote a very good article titled The Dirty Truth About DIY Hand Sanitizer Recipes explaining why the general alcohol and aloe based formulas that are going around should not be followed. If you have not already read it, please check it out for more information not covered here.

Also, because of the widespread misinformation on this subject, it needs to be stressed again that when it is stated that hand sanitizers need to contain at least 60% alcohol, this does not mean that you can just add some 60% or 70% alcohol or so to a product and call it a day. It means that the whole finished product itself needs to be at least 60% total alcohol.

There have also been recommendations going around to use vodka. It is important to note that proof is not the same as alcohol percentage by volume. Tito’s, a brand named in some recipes, responded with a tweet of an image that included…

Per the Center for Disease Control and Prevention (CDC), ‘washing hands with soap and water is the best way to get rid of germs in most situations. If soap and water are not readily available, you can use an alcohol-based hand sanitizer that contains at least 60 percent alcohol. You can tell if sanitizer contains at least 60 percent alcohol by looking at the product label.’

Tito’s Handmade Vodka is 40 percent alcohol and therefore does not meet the current recommendation of the CDC.

Essential Oils and Water

There are also recipes suggesting to just add some essential oils to water or some other water based ingredient. It needs to be known that essential oils and water do not make a hand sanitizer or any properly formulated DIY product for that matter. Essential oils are hydrophobic and do not mix with water. All you end up with is neat (undiluted) essential oil and water that is going to rapidly grow microbes. This is in no way safe for topical use in either case. Nor does it make for a uniform and effective product. For more information on this subject there is a video linked in Kayla’s article. There is also a very informative article put out by the Tisserand Institute titled Effective Use of Alcohol for Aromatic Blending about making water based DIY products (not hand sanitizers) for home use only.

Essential Oil Based Sanitizers

Essential oils have many wonderful in home uses, but there are just some things that should not be attempted outside of a professional setting. In this case, a popular belief is that you can mix up a DIY hand sanitizer that is as good, or better, than a commercially available one. However, that is not as simple as it may seem.

One problem with that is out of all of the articles and videos I saw, almost every single one of them showed, or linked to, an essential oil brand that has been tested and shown to be fake or adulterated. These types of oils are not going to produce the same results that have been supported by the research of pure essential oils.

Now let’s talk about the research…

There are those that are currently arguing that research supports the use of essential oils in a hand sanitizer recipe, but what does the research really show?

Essential oils ont shown to be antimicrobial, but that is not the whole story.

A quick Google search suggests that there are at least one TRILLION species of microbes on the planet. Microbes by definition include bacteria, viruses, and fungi.

Much of the available research tests for the Minimum Inhibitory Concentration (MIC) of a specific essential oil against specific microbes. The MIC, is the lowest concentration of an antimicrobial that inhibits the growth of a given microbe. The research provides clear evidence that each essential oil has different MIC values for each different microbe.

What that means is just because an oil is considered antimicrobial, that does not mean that it has the same effect on bacteria, viruses, fungi, etc. alike. There are certain oils that are known to have good antibacterial qualities, but not so much antiviral. In turn, just because an oil is known for its antifungal properties, does not mean it is just as effective on bacteria or viruses. Here is the real kicker… Just because an oil is known for its antibacterial action, does not mean it is broad spectrum and equally effective against all bacteria.

Also, while many studies have been performed, they are usually on just a few oils and/or microbes at a time. There just has not been enough research to cover anywhere close to that estimated one trillion species. Not to mention the fact that in regards to recent events, if you do a search on Pubmed.com for essential oils and coronavirus there are two results. A search including COVID-19 results in zero.

Another point to consider is an essential oil’s chemical constituents vary by batch due to several factors including: where the plants are grown, seasonal weather changes, distillation procedures, etc.

Even taking what we do know about oils that have documented MIC values in in vitro studies, that does not translate the same way for in vivo use. While research provides evidence that an oil may have, for instance, a MIC value of 0.25 – 0.50% for a certain microbe, that value was usually achieved by sealing the oil in a titre plate or petri dish for long periods of time for an incubation period. In this case, research shows that taking the same microbe and oil into account, the percentages required for topical use in a wash or cream are much higher at 5-10%. Due to their nature, oils act very differently on human skin and in the short amount of time they would need to be effective as a wash or hand sanitizer, than they do in a sealed environment in a lab apparatus for extended periods.

I am not disputing that essential oils have excellent potential. However, there is still so much we do not know and there is no way it could be guaranteed that any oil or blend of oils, could have the same effectiveness as a commercial hand sanitizer without proper professional testing.

Other Considerations

Even if you happen to luck up and put together something that would work, there would still be other things to consider.

Based on everything above, it seems possible that in order to make an effective hand sanitizing product just using essential oils as the active ingredient, may require much higher percentages than already mentioned. These higher percentages, especially depending on the oils used, can cause phototoxicity reactions, skin irritation, sensitization issues, and even chemical burns. Higher percentages in a product of this type can also be a problem as one of the first things many people learn about when starting aromatherapy (sometimes the hard way) is to wash your hands as soon as you finish handling or applying oils. In many cases the last thing anyone wants to do is, for example, touch their eyes or go to the restroom with oils still on their hands and in this case, you cannot wash them off.

Also, proper product formulation comes back into play. If everything used in the formula does not blend together properly or separates, you end up with a product that is not uniform throughout therefore not safe and effective.

Another thing to consider is if any of the ingredients used in the product are contaminated in any way, there can be far worse consequences than just being ineffective. For instance, there was the case in which a bloodstream infection outbreak was reported due to contaminated water being used to dilute a skin antiseptic in a hospital.

Lastly, some words of advice. Please do not even think about trying to sell something like this to others. Any product of this nature has to be professionally formulated and tested for safety, efficacy, stability, shelf life, and any microbial issues. Without this, you can be setting yourself up for a huge liability. Also, as per FDA regulations, it is considered a drug and they are already actively issuing warnings in regards to Coronavirus disease 2019 (COVID-19) products.

In Conclusion

All that this type of untested product does is cause a false sense of security. Not to mention the liability that comes with something this serious. Considering everything provided here, would you stake the health and wellbeing of you, your family, and potentially others on this type of product? Are you also willing to chance being arrested or lose everything you have in a potential lawsuit due to an improperly formulated and untested product, or for spreading bad information?

I personally do not have any of the required information to prove that any of these DIY hand sanitizer recipes are safe and effective for me, my loved ones, or yours.